Une note assez longue mais assez structurée vous pourrez donc sauter les passages qui ne vous intéresse pas ! ^^
Mais il était essentiel pour moi, quelques explications préliminaires pour mieux apprécier les livres...

une note où il est question de l'auteur Laurent Gounelle
où il est question ensuite de PNL
où il est question, beaucoup plus bas du livre L'homme qui voulait être heureux
et enfin, où il est question du livre, Dieu voyage toujours incognito !

HM_Kit_Star_Staple

Laurent GOUNELLE

GounelleTout d’abord, qui est Laurent Gounelle.

Pour mieux comprendre la philosophie de ses livres, je pense qu’il est essentiel de découvrir avant tout qui il est.

Laurent Gounelle a aujourd’hui 41 ans et est un homme « heureux », mais ça n’a pas été toujours ainsi !...

Enfant solitaire et timide, il grandit « en asocial dans la peur des autres ». Il fait ses études sous l’influence de ses parents (fils d’un prof d’université) et devient expert-comptable. Mais il s’y ennuie et n’y trouve aucun épanouissement. Il végète d’entreprises en entreprises. Fait une dépression. Jusqu’au jour où il fait la connaissance avec la PNL (Programmation NeuroLinguistique) ensemble de modèles et de techniques de développement personnel qui vient des US.

De séminaires en stages, en 4 ans, il change enfin de voie, d’abord en Free lance dans des centres de formation, puis il monte sa propre société de conseil (conseil à l’individu) en 1997. Il rencontre alors Zoé, la femme de sa vie, avec qui il se marie en 2005. En 2006, son père décède ainsi que son meilleur ami, mais il voit en même temps la naissance de sa première fille Léonie, et écrit son premier roman en 3 mois qu’il propose immédiatement à l’édition.

Aujourd’hui, Conférencier à l'université de Clermont-Ferrand où il forme des étudiants de troisième cycle universitaire à l'application de la PNL au monde des affaires, il partage son temps entre l'animation de séminaires internationaux et une activité de conseil, ce qui l'intéresse, c'est d'aider les gens à mieux se connaître et à évoluer.

Un petit interview paru dans Paris Match :

Etes-vous surpris par le succès de votre premier ouvrage ?

Laurent Gounelle. Je m’attendais à ce que le livre trouve ses lecteurs. Mon intention était de transmettre des enseignements vécus ou reçus de la part de chercheurs en neurosciences ou de sages rencontrés lors de mes voyages. Ils m’ont beaucoup apporté, et je ne pouvais pas garder ça pour moi.

“Dieu voyage toujours incognito” reprend la thématique du bonheur. Est-ce une stratégie commerciale ?
Dans mon premier récit, je transportais le lecteur à Bali, vers le lâcher prise. Dans le deuxième, je le ramène à Paris, afin qu’il agisse sur son quotidien. Je ne cherchais pas à reproduire le premier. Je gagne suffisamment bien ma vie avec ma société de conseil en développement personnel sans avoir besoin de pondre un livre chaque année. Le prochain attendra deux ou trois ans. D’ici là, on m’aura peut-être oublié...

Votre doctrine se résume à : “Aimez-vous les uns les autres.” C’est le monde des ¬Bisounours !
C’est un peu un raccourci, mais il est exact que la PNL m’a fourni les clés de compréhension et d’analyse autant des autres que de moi-même. J’aime plus les gens que la moyenne des individus et, spontanément, j’ai des élans de sympathie pour les humains.

On pourrait vous taxer d’angélisme...
Je n’ai rien inventé et je ne vais pas sortir de mon chapeau un nouveau concept génial du bonheur. Pédagogue, j’ai voulu amener mes lecteurs à réaliser la vraie valeur d’idées simples que personne n’applique. Je les entraîne à voir les choses différemment. Je ne suis pas le nouveau pape du ¬développement personnel en France.

Vous rapportez que l’amour ferait régresser les cellules cancéreuses. Quelles preuves avez-vous de cette théorie qui séduira les plus fragiles ?
Ce n’est pas une théorie, mais une constatation observée par des scientifiques américains. Je m’interroge sur la part psychologique liée à une maladie. Dans le futur, la prise en compte de la psychologie jouera sans doute un rôle capital sur la voie de la guérison.

Comme Paulo Coelho, vous sentez-vous le messager du bonheur ?
Je n’ai pas cette prétention. Si j’ai un talent, c’est celui de partager les ¬enseignements que j’ai eu la chance de recevoir.

HM_Kit_Star_Staple

Qu’est ce que la PNL : Programmation NeuroLinguistique.

Laurent Gounelle s’appuie donc sur des notions de PNL.
Mais qu’est ce que c’est ce truc au juste ?

J’ai eu la chance de pouvoir faire un stage de PNL il y a une 10ène d’années en arrière…
Stage, qui m’a beaucoup perturbée sur le coup, je suis rentrée dans des endroits de moi que je ne soupçonnais pas du tout…. Mais après 10 ans de recul je m’en suis remise et ai réussi à mettre en œuvre certains des présupposés de cette méthode. Des présupposés auxquels j’adhère complètement !

Historique :

La PNL est née au début des années 70 de la collaboration de deux hommes, Richard Bandler, mathématicien et John Grinder, linguistique tous deux également psychologues.

Ensemble ils étudièrent 3 grands thérapeutes : Milton Erickson, psychiatre américain de renommées mondiale, le père de l’hypnose Ericksonienne, Virginia Satir, grande figure de la thérapie familiale, et Fritz Perls, psychothérapeute novateur à l’origine de la Gestalt thérapie.

Leur but était de comprendre comment ces génies faisaient pour être efficaces.
Ils s'aperçoivent que les excellents communicateurs
- créent une relation particulière, sécurisante pour l'interlocuteur : le rapport,
- ont une capacité d'observation extrêmement fine de leur interlocuteur : la calibration.
- développent une grande capacité d'écoute et sont perçus comme des personnes qui écoutent.
- ont une aptitude particulière à entrer en relation : la synchronisation.
- communiquent au niveau verbal, para verbal et non verbal ; au niveau conscient et inconscient.

Ils ne voulaient donc pas créer une autre école de thérapie, mais identifier des modèles de thérapies réussies, qui puissent être appliquées et enseignée, la PNL était née avec la modélisation.

Tout ceci, c'est le versant communication... la PNL ce n'est pas que cela, c'est aussi le changement. Comment se fixer des objectifs clairs, atteignables, comment comprendre le mécanisme du changement, comment accéder à ce qui nous motive vraiment.

Elle s’est répandue dans le monde entier, tout en évoluant. Au début elle intéressait surtout par ses nombreuses techniques de changement qui permettait d’obtenir des résultats performants…

Depuis quelques temps, nous assistons à un changement notable. On la définissait de façon technique : « la PNL est une méthode pour communiquer avec efficacité et mettre en place les changements nécessaires pour atteindre ses objectifs ». On la considère plus souvent aujourd’hui « comme une approche dont l’objet essentiel est de permettre aux êtres humains de s’épanouir et de se réaliser pleinement, c'est-à-dire dans tous les domaines et à tous les niveaux de leur vie, parmi lesquels nous incluons le niveau spirituel » (Josiane de St Paul)
« Je pense qu’il est plus approprié de décrire la PNL comme un processus éducatif. En fait, nous mettons au point des moyens d’APPRENDRE aux gens à utiliser leur cerveau » (Richard Bandler).

Philosophie de la PNL :

S’appuyant essentiellement sur l’observation du comportement humain, son originalité est d’être orientée plutôt sur le Comment que sur le Pourquoi, développant ainsi une véritable dynamique de solutions.

Programmation : ce terme fait référence aux moyens à notre disposition, nos programmes mentaux, conscients et inconscients, pour organiser nos idées et nos actions de manière à obtenir des résultats. La PNL permet de les décoder afin de les modifier, les optimiser ou les reproduire. Nos programmes issus de nos apprentissages, nous servent à marcher, parler, ouvrir une porte, être heureux ou en colère…

La PNL ne discute pas à partir des programmes, elle ne les juge pas. Ce n’est pas une théorie analytique. Elle n’explique pas. Elle observe et va chercher comment réparer et non pas pourquoi…

Neuro : nos programmes s’appuient sur notre système neurologique pour s’exprimer : c’est parce que nous possédons un cerveau et un système nerveux que nous sommes capables de percevoir notre environnement, de penser et de ressentir, de sélectionner des comportements…
La PNL agit directement sur cette organisation neurologique.

Linquistique : le langage, verbal et non verbal, structure et reflète la façon dont nous pensons.
La PNL a mis au point des outils linguistiques permettant de mieux comprendre l’autre, d’aider l’autre à mieux se comprendre, et donc de pouvoir générer du changement à partir de cette interaction.

Extrait tirés de mes cours de PNL – 2002

Les point forts de la PNL :

- La communication : La communication, c’est avant tout la relation.
La PNL nous apprend à créer et maintenir une bonne relation.
Nous communiquons aux niveaux conscient (un peu) et inconscient (beaucoup).
Notre communication est verbale (volontaire) et non verbale (involontaire).
La communication non verbale a beaucoup plus d’impact que notre communication verbale.

- Le changement. Comment se fixer des objectifs clairs, atteignable et motivants.
Avoir accès à ce qui nous motive et nous limite.

- L’efficacité personnelle. Apprendre à gérer ses ressentis (stress, trac…).
Apprendre à devenir calme et posé.
Connaître ses atouts pour les renforcer et ses faiblesses pour en tenir compte, voire les changer.
Gérer ses conflits interne, pour être plus sur de soi.

- connaissance de soi, de l’autre. Se connaître soi-même, s’aimer. Le premier pas à faire pour aller vraiment vers les autres.
Se sentir en harmonie avec Soi, avec ses valeurs, avec ce qui compte vraiment.

Bon, je m’arrêterais là sur les explications de la PNL.
J’espère avoir été assez claire pour essayer de donner quelques notions de cette méthodologie (et peut être vous avoir donné envie d’aller chercher par vous-même un peu plus loin ! ^^)

Et venant en maintenant aux livres !

HM_Kit_Star_Staple

Gounelle___L_homme_qui_voulait__tre_heureuxLaurent GOUNELLE
L’homme qui voulait être heureux


Editeur : Pocket
Date de sortie : avril 2010 (1ère sortie en 2008)
Genre littéraire : développement personnel
Nombre de pages : 167
Note : 4.5/5


4ème de couverture
: Imaginez… Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où…
Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas heureux. Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.
Avec "L’homme qui voulait être heureux", c’est tout un monde de possibilités nouvelles qui s’ouvre à nous à la lecture de cette histoire passionnante, où l’on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d’être vraiment heureux.

Laurent Gounelle est un spécialiste du développement personnel. Depuis quatorze ans, il parcourt le monde à la rencontre de praticiens exceptionnels, qu’ils soient experts américains en neurosciences, shamans péruviens ou sages balinais.

Mon avis : J’ai commencé ce livre sans absolument savoir que Gounelle avait fait de la PNL. Mais dès les premières pages je m’y suis complètement retrouvée et sous forme d’une petite histoire romancée, L’auteur ressort ici tous les présupposés de PNL auxquels j’adhère totalement.

Nous avons tous en nous des croyances que nous ont inculquées nos parents, ou que nous nous sommes forgées par l’expérience. C’est en prenant conscience de ces croyances que nous arriverons à évoluer. En renforçant nos croyances positives et en palliant à celles limitantes.

Extrait  page 51 éditions pocket :
« - Nos croyances vont nous amener à filtrer la réalité, c'est-à-dire à filtrer ce que l’on voit, entend et ressent. »

Extrait  Page 52 – édition pocket
« - Exactement ! Ce que l’on croit de la réalité, du monde environnant, agis comme un filtre, comme une paire de lunettes sélective qui nous amène à surtout voir les détails allant dans le sens de ce que nous croyons… Si bien que cela renforce nos croyances. La boucle est bouclée. Si l’on croit que le monde est dangereux, on va effectivement porter son attention sur tous les dangers réels ou potentiels et on aura de plus en plus le sentiment de vivre dans un monde dangereux. »

Nos croyances ainsi soulevées, influence notre comportement qui agit lui-même sur le comportement d’autrui.

Extrait  Page 52 – édition Pocket
« - Quand vous croyez une chose, elle vous amène à adopter certains comportements, lesquels vont avoir un effet sur le comportement des autres dans un sens qui va, là encore renforcer ce que vous croyez. »

Extrait Page 56 - éditions Pocket
"- C'est pour cela qu'il est pertinent de prendre conscience de ce que l'on croit, puis de se rendre compte que ce ne sont que des croyances, et enfin de découvrir leurs effets sur notre vie. Cela peut nous aider à comprendre bien des choses que nous vivons..."

Autre thème abordé, entre autre, le thème des choix que nous avons à faire :

Extrait page97 - éditions Pocket
"- Il y a des circonstances où l'on est amené à faire des choix, donc à renoncer à des choses auxquelles on tient, pour aller vers ce qu'on a le plus à cœur."
"- Si vous ne renoncez à rien, vous vous abstenez de choisir. Et quand on s'abstient de choisir, on s'abstient de vivre la vie que l'on voudrait
."

Extrait page 143 – éditions pocket
« - C’est juste pour vous dire que le choix vous appartient. A certains moments, dans la vie, on n’a pas forcément beaucoup de choix, et ceux-ci sont peut être douloureux, mais ils existent et, au final, c’est vous qui déterminez ce que vous vivez : vous avez toujours le choix, et c’est bien de garder à l’esprit cette idée.
- J’ai parfois l’impression que ce sont les autres qui choisissent pour moi.
- alors, c’est que vous choisissez de les laisser décider pour vous.
- Je trouve quand même qu’il y a des gens qui disposent de plus de choix que d’autres.
- Plus on évolue dans sa vie, plus on se débarrasse des croyances qui nous limitent, et plus on a de choix. Et le choix, c’est la liberté. […]
- vous savez, reprit il, on ne peut pas être heureux si l’on se voit victime des évènements ou des autres. Il est important de comprendre que c’est toujours vous qui décidez de votre vie, quelle qu’elle soit. Même si vous êtes le dernier des subalternes sur votre lieu de travail, c’est vous qui êtes le directeur de votre vie. C’est vous qui êtes aux commandes. Vous êtes le maître de votre destin.
- oui
- Et vous ne devez pas avoir peur : vous découvrirez que c’est précisément lorsque vous vous autorisez à choisir des actions qui sont en harmonie avec vous, qui respectent vos valeurs et expriment vos compétences, que vous devenez très précieux pour les autres. Les portes s’ouvrent alors d’elles-mêmes. Tout devient plus facile, et l’on n’a plus besoin de lutter pour avancer.
»

Un tout petit livre sur le développement personnel un petit peu romancé, je dis un petit peu, car il y a un fil conducteur, mais il est néanmoins moins romancé que le titre suivant.

C’est un livre très facile à lire… le style est simple, léger, certains diront même « des phrases du niveau de CE2 ! »  Je n’irais pas jusque là ! Les phrases sont simples, le texte est simple, mais ceci est fait pour être à la portée d’un plus grand nombre.

C’est un livre initiatique qui nous laisse ensuite face à un choix qui nous est propre : en rester à ce qu’on a lu, ou aller plus loin en approfondissant par soi même les notions abordées ici…. A vous de faire le choix une fois le livre lu !

Un style d’écriture reposant, serein, apaisant… ce sont les mots qui me sont revenus tout au long de ma lecture…

Et puis je pense que tout le monde peut se retrouvé dans l’élève à Bali ! et donc ça nous parle, et nous entraîne à notre propre réflexion…

Le tout est agrémenté de quelques expériences scientifiques tout à fait passionnantes !

Un livre qui je pense est très riche et qu’il est bon de lire quand on a un coup de mauvais passage, une baisse de la confiance en soi…

Beaucoup d’avis très négatifs se promènent sur le net ! je crois qu’on aime ou on aime pas ! sans demi mesure !

Seul bémol pour moi…. Trop court !....

Extrait  Page 58 – édition Pocket
« - Celui qui se laisse arrêter par la première difficulté rencontrée ne va pas loin dans sa vie. »

Un adaptation cinématographique est prévu pour fin 2011 !

HM_Kit_Star_Staple

Gounelle___Dieu_voyage_toujours_incognitoLaurent GOUNELLE
Dieu voyage toujours incognito


Editeur : Anne Carrère -
Date de sortie : 2010
Genre littéraire : développement personnel
Nombre de pages : 424
Note : 3.5/5


4ème de couverture : Imaginez. Un homme vous sauve la vie, en échange de votre engagement de faire tout ce qu’il vous demande… pour votre bien. Le dos au mur, vous acceptez et vous vous retrouvez embarqué dans une incroyable situation où tout semble vous échapper. Vous n’êtes plus le maître de votre vie et pourtant… à bien des égards, elle est plus excitante qu’auparavant !
Mais peu à peu, le doute s’installe en vous : quelles sont les intentions réelles de cet homme qui s’est immiscé dans votre existence ? Qui est-il vraiment ? Et qui sont ces personnages énigmatiques dans son entourage ? Les découvertes que vous faites n’ont rien pour vous rassurer.

Cette histoire, qui nous plonge dans l’atmosphère envoûtante d’un été parisien, ouvre la voie de la plus belle des réflexions sur nous-mêmes : qu’est-ce qui peut nous permettre de dépasser nos inhibitions, nos peurs et nos conditionnements, pour sortir du chemin tout tracé de notre vie lorsque celle-ci ne nous apporte pas pleinement satisfaction ?

Auteur de romans psychologiques, Laurent Gounelle est un spécialiste des sciences humaines formé en France et aux États-Unis. Ses livres expriment sa passion pour la philosophie, la psychologie et le développement personnel. Son premier roman, L’Homme qui voulait être heureux, est devenu un best-seller international.

Mon avis : Ici, on retrouve un petit peu le même schéma, le même principe narratif.
Un homme, non plus à Bali ici, mais à Paris même, qui rencontre alors qu’il est sur le point de se suicidé sur le haut de la tour Eiffel, un personnage mystérieux qui va alors le guider et le remettre sur le droit chemin, en lui donnant des missions à réaliser. Outre ses missions, il va également se poser des questions sur ce mystérieux personnage et faire sa petite enquête, ce qui amènera un plus à la partie romance de ce livre par rapport au premier qui se limite si je puis dire aux missions. Quelques intrigues, suspens et coup de théâtre final anime donc cet opus.

L’écriture est toujours fluide et aussi agréable à lire.
Et outre le coté roman certains thèmes de développement personnel y sont abordés, un petit peu différents des premiers néanmoins :
- apprendre à manifester son désaccord,
- exprimer ses souhaits, .
- l’affirmation de soi
- la communication avec les autres
- la confiance en soi.

Je m’y suis beaucoup moins retrouvé dans cet opus… tant au niveau des thèmes abordés que de l’histoire, et y ai trouvé quelques longueurs…. Je dirais que le premier était trop court, celui-ci était trop long ! Faut espérer que dans le prochain titre qu’il ne manquera pas de sortir, il arrivera à trouver le juste équilibre ! ^^

Pour moi, donc un ton en dessous du précédent, mais ce livre a apparemment plus d’avis positif que le premier ! Est ce parce que ceux qui n’ont pas aimé le premier n’ont pas voulu lire celui-ci ? …. Ça peut être une explication ! ou alors parce que ces lecteurs ne recherchaient pas la même chose…?..

Maintenant à vous de voir lequel vous préfèrerez !.....

Extrait page 127 – éditions Anne Carrère
« Quand on n’a plus envie d’évoluer, c’est que l’on commence tout doucement à mourir »

HM_Kit_Star_Staple

Amis lecteurs, si vous avez tout lu, je vous libère ! et merci de votre attention ! ;)

.