vargas___Coule_la_SeineFred VARGAS
Coule la Seine

Editeur : J’ai lu
Date de sortie : 2002
Genre littéraire : nouvelles / policier
Nombre de pages : 123
Note : 5/5

4ème de couverture :

Ton collègue blond est assez emmerdant mais je l'aime bien, et puis il est généreux. Il se pose des questions sans fond, il s'inquiète et ça fait le bruit des vagues. Toi en revanche, tu fais le bruit du vent. Ça se voit à ta manière de marcher, tu suis ton souffle. Ton ami blond voit une flaque. Il s'arrête, examine la chose et il la contourne, il prépare bien son affaire. Toi, tu ne vois même pas cette flaque mais tu passes à côté sans le savoir, au flaire. Tu piges ? T’es comme un magicien..."

Il a raison ce clochard, le commissaire Adamsberg est un véritable magicien. Nouvelles pour le prouver, 3 enquêtes, à Paris, là où coule la Seine.

Mon avis :

Pourquoi ce livre ?

Parce que je veux posséder et lire tous les titres de l’auteur ! Je les lis dans l’ordre.

Ce que j’en pense :

Ce livre rassemble 3 nouvelles.
Je ne suis pas trop Nouvelles, mais j’avoue que celles-ci sont bien sympas !

On y retrouve le commissaire Jean Baptiste Adamsberg égal à lui-même et on fait même un peu plus connaissance avec lui. Ces nouvelles mettant en avant sa nonchalance, son flegmatisme et son « air de rien » mais qui sait tout avant les autres ! Et on y retrouve également son inséparable acolyte Adrien Danglard !

1ère nouvelle : Salut et Liberté

Des lettres anonymes arrivent au commissariat, personne ne leur trouve d’importance sauf le commissaire Adamsberg qui sent que quelque chose est en train de se préparer. En même temps, un vieil homme s’installe tous les jours, du matin au soir sur le banc situé en face de l’entrée du commissariat avec son valet ! Danglard le méprise et voudrait le renvoyer car il l’énerve fortement, mais Adamsberg le trouve intéressant. Ces deux choses sont elles liées ?

2ème nouvelle : la nuit des brutes

Une femme est jetée au dessus d’un pont la nuit de noël. Tout prouve que c’est un suicide, seul Adamsberg penche pour la version d’un crime….

3ème nouvelle : cinq francs pièce

Pi Toussaint s’apprête à s’endormir dans son duvet à coté de Martin, son caddie remplie d’éponges qu’il essaye de vendre à 5 francs l’une, quand sort d’un taxi une femme dans un manteau de fourrure blanc, une voiture arrive peu après, son chauffeur en sort et tire sur la femme qui s’écroule. Il a tout vu et le commissaire Adamsberg le sait, même s’il nie…

Au travers de ces 3 nouvelles, on sent un attrait particulier de l’auteur pour les sans abris puisque chaque nouvelle a son clochard, personnage primordiale à l’histoire, que l’on retrouve d’ailleurs dans de nombreux de ses rompols également, essentiellement ceux avec le commissaire Adamasberg qui voit en eux des choses que personne ne voit et qui sait très bien leur parler…

Ce sont des nouvelles très courtes, le tout ne faisant que 124 pages, mais très bien, et nous mettant presque l’eau à la bouche pour lire ses autres rompols plus longs !

En si peu de pages, l’auteur a su planter les décors et les idées caractéristiques de ses rompols. Ses personnages hauts en couleurs, leur note philosophique à chacun, le tout toujours assorti d’une petite intrigue, même si elle ne fait pas l’essentiel de ses histoires ! Bravo Fred Vargas !

Pour les amateurs comme moi de Vargas n’hésitez pas à le lire, ça vaut vraiment le coup ! Moi qui ne suis pas amatrice de nouvelles, j’ai vraiment beaucoup aimé ces petits moments passés avec le commissaire !

Et après ?

Ça m’a vraiment donné envie de lire un nouveau rompol de l’auteur ! Ça tombe bien, j’en ai 3 qui m’attendent dans ma PAL !!!

71417048

Les autres titres de Vargas ayant un article sur ce blog :

- VARGAS Fred - Les jeux de l'amour et de la mort
- VARGAS Fred - Un peu plus loin sur la droite

- VARGAS Fred - Sans feu ni lieu
- VARGAS Fred - Pars vite et reviens tard
- VARGAS Fred - L'homme à l'envers 

L'auteur : Fred Vargas : biographie bibliographie