Revol___Nos__toiles_ont_fil_Anne Marie Revol
Nos étoiles ont filé

Editeur : J’ai lu
Date de sortie : 2010
Genre littéraire : récit/témoignage
Nombre de pages : 346
Lu le : aout 2012
Note : 4/5

Grand prix des lectrices Elles

4ème de couverture :

"Mes étoiles filantes, C'est étrange... Dans le vocabulaire courant, quand on perd son père, sa mère ou ses deux parents, on dit qu'on est "orphelin" Quand on perd sa femme, on dit qu'on est "veuf" Ou "veuve", quand c'est son époux. En revanche, quand on perd ses enfants, on ne dit rien. Il n'y a pas de mot pour désigner cet état.

" Anne-Marie Revol, née en 1973, est journaliste à France 2.

Le mot de l’éditeur  :

Ça ne devrait pas être de la littérature, ça ne devrait même pas être un livre. Mais comme tout cela n’aurait pas dû arriver, un texte a été écrit, des lettres adressées à deux petites filles, deux étoiles filantes, aujourd’hui et depuis bientôt deux ans disparues.Fait divers atroce, disent les médias. Il n’y a pas de hiérarchie dans le malheur et, pourtant, en ce matin d’août 2008, la France entière se réveille sous le choc de la mort par incendie de deux enfants, moins de quatre ans à elles deux. On ne fait pas de livre avec ça, répétons-le, sauf si peu à peu le seul moyen de continuer à vivre consiste, grâce à des lettres d’une mère destinées à ses deux merveilles, à les réincarner jour après jour, à les faire précisément revivre. Ce livre hors norme et hors catégorie est avant tout un livre d’amour pour ces deux princesses envolées, et pour leur père aimant, présent, auquel on va s’attacher page après page afin de comprendre l’incompréhensible : comment la force de ce couple aussi pur permet de se sauver. Nos étoiles ont filé est un livre qui évite pathos et complaisance, qui hésite parfois entre rires et larmes, qui se distingue par son aspect unique, sinon ludique, et sa très saine incorrection. Pendant son écriture, un petit garçon est né du même amour. Le texte, cela n’étonnera personne, lui est dédié. Si la littérature ne sert à rien, elle aura au moins servi à cela.

Mon avis :

Pourquoi ce livre ?

Parce qu’il m’est passé entre les mains....

Mon résumé :

La nuit du 11 aout 2010, alors qu’elles étaient en vacances chez leurs grand parents, Pénéloppe et Paloma (respectivement 26 et 14 mois) filles de Anne Marie Revol sont mortes dans un incendie, coincées dans leur chambre. Suite à ce drame, et durant une année, Anne Marie Revol va leur écrire une lettre par jour, c’est un besoin qu’elle a de leur parler, d’exorciser sa peine, de les faire vivre. Ce livre poignant est le recueil de ces lettres.

Ce que j’en pense :

Une tragédie.... un livre terrible.... comment peut on survivre à un tel drame ?.....

Elle ne veut rien savoir. Elle a un enfant 1 an après la catastrophe.

Optimisme, partage, joie de vivre, espoir hymne à la vie sont les sentiments ou émotions qui émanent de ce livre malgré la grande tristesse qui en est la source.

C’est peut etre pour cela que je me suis senti mal à l’aise durant ma lecture... Je me sentais bien loin d’elle, je me demandais.
Comment elle pouvait réagir comme cela malgré cette tragédie ?
Comment fait elle pour ne rien vouloir savoir alors que pour moi, il me faut tout savoir, tant que je ne sais pas tout, je n’arrive pas à être sereine, je veux connaitre les moindre détails.
Comment peut elle penser à avoir un second enfant aussi rapidement ?

Mais nous ne sommes pas là pour juger, car personne ne peut savoir comment il va réagir à un tel drame sans que ça lui arrive. Et on ne peut être qu’admiratifs devant de telles réactions. On ne peut qu’apprendre... Et c’est ainsi que j’étais quand j’ai tourné la dernière page. Admirative d’une telle force, et j’ai beaucoup appris.....

Un livre d’amour, pour ses filles, pour son mari que le drame a rapproché, pour son fils nouveau né... pour la vie... Une leçon de vie, une leçon sur le deuil et la mort.

Une écriture simple et authentique, nous accompagne malgré notre gorge serée tout au long des pages. Un livre poignant, difficile mais beau.