Mc_Carthy___La_routeCormac Mc CARTHY
Sur la Route

Editeur : Points
Date de sortie : 2008
Genre littéraire : SF
Nombre de pages : 252
Note : 2.5/5

4ème de couverture :

L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un Caddie rempli d’objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l’humanité. Survivront-ils à leur voyage ?

Ce roman a été récompensé par le prix Pulitzer de la Fiction en 2007.

Mon avis : Un livre que j'ai lu il y a un certain temps déjà ! mais j'ai beaucoup de retard dans mes chroniques !!!!

On ne sait rien !

On ne sait pas ce qui s’est passé, rien n’est relaté dans les premières pages ni dans les suivantes d’ailleurs ! Ce n’est que dans le 4ème de couverture qu’il est stipulé que l’apocalypse a eu lieu. Mais comment ? Où ? Quand ? Rien n’est dit…Il y a quelques années semble t-il…..

On ne sait où ils sont ! Sur la route qui va vers le Sud, mais quel sud ? Partant d’où ?

On ne sait pas qui ils sont ! Un homme :« il » ou « l’homme ». On ne sait rien de plus sur lui et son fils : « le petit ». Ils n’ont pas de nom, pas d’âge, pas de souvenirs, rien….

Et on les suit sur la route. On sait juste que c’est l’hiver, qu’il fait très froid, il neige, il pleut. Ils marchent, ils traversent des forets, ils visitent des maisons à la recherche de nourriture mais on ne sait pas pourquoi ils ne restent pas abrités dans la maison ou la grange au moins une nuit histoire de s’abriter de la pluie ? Ils reprennent la route inlassablement vers le sud, transi de froid, affamés et le petit ayant de plus en plus peur… qui a tout le temps besoin d’être rassuré…

Et ils continuer ainsi sur la route couverte de cendre, rencontrant des cadavres ça et là…

Dire que ce livre m’a plus ? non !..... le style est sec, bref, des proposition reliées par la conjonction de coordination « et » pouvant aller jusqu’à 4 voire 5 dans une même phrase !

ex p 187

« L’homme se leva et contourna la cheminée et le déposa dans les housse en étalant sur lui les couvertures ».

« Il se leva et ranima le feu et vient s’asseoir à coté du petit et tira sur lui les couverture et écarta de son visage ses cheveux crasseux ».

Des dialogues non signalés par la typologie habituelle (pas de tiret, pas de retour à la ligne tout à la suite….)

Dire que ce livre m’a déplu ? Non plus… parce qu’au final on s’attache à ce père qui fait tout pour son fils et ce dernier qui a peur pour son père.

Mais pourquoi cette distance mise avec la dénomination de « l’homme » et l’emploi du « il » ? Dommage.

Du coup, je ne peux lui mettre qu’un 2.5/5.
Là encore, je crois que je suis le vilain petit canard, car je n’ai vu passer que je bonnes critiques (en tout cas une majorité) sur ce livre !!!!

Par contre, sorti en film en 2009 avec Viggo Mortensen. Je l’imagine bien en film. D’ailleurs, on me dirait que c’est un scénario qui avait été écrit au départ que je le croirais facilement !

Drame

 

Lu dans le cadre du Baby challenge drame de Livraddict